La théorie de l’action raisonnée

La théorie de l’action raisonnée se base sur la présomption que le comportement d’un individu résulte d’un comportement recherché. Elle propose deux facteurs qui déterminent le choix qu’une personne fait lorsqu’il s’agit d’adopter un comportement spécifique : 

1. les attitudes : La façon dont une personne perçoit le comportement; 
2. les normes subjectives : Les opinions des ami(e)s, de la famille, des parents et des partenaires en ce qui a trait au comportement. 

action raisonnée

I – Les attitudes   

Ce sont les croyances, positives ou négatives envers un comportement. Par exemple : « je pense que porter la ceinture de sécurité est une bonne chose ». Ces attitudes vont influencer de manière positive ou négative l’intention de réaliser un comportement et donc la réalisation de ce comportement.

action raisonnée

II – Norme subjective    

La norme subjective est la pression sociale perçue pour effectuer ou ne pas effectuer un comportement. Cette pression sociale est l’influence que peut avoir l’entourage sur la réalisation ou pas du comportement. En d’autres termes, ce que les gens pense de ce comportement. Par exemple : « je pense que mes proches aimeraient que je porte la ceinture ».

action raisonnée

Pour changer ses comportements, il faut donc s’interroger sur ses attitudes et également sur l’influence que l’entourage à sur soi. Qu’est-ce que je pense réellement? Qu’est-ce pense ma famille et mes amis? et surtout est-ce que si mon entourage à une mauvaise influence, je vais modifier mes croyances et mon comportement?

On retrouve souvent ce phénomène lors des soirées où n’ayant pas nécessairement envie de consommer de l’alcool, je vais être poussé à consommé par mon entourage et pire encore, ayant conscience que l’alcool au volant est mauvais je vais quand même monter dans une voiture où le conducteur aura bu.